BASÍLICA DE SANTA MARIA

La Basilique de Santa María est placée à l’endroit occupé à l’époque musulmane par la mosquée principale. Après la conquête de la ville par Jacques I en 1265, la mosquée reste en pied jusqu’en 1334 et, sur elle, est bâti un premier temple catholique, probablement de style gothique et plan en croix, subsistant jusqu’en 1492.

On croit que le Mystère d’Elche a été représenté dans ce temple pour la première fois, probablement après la construction d’un système de rampe, une scène et un ciel en hauteur (coupole, dôme ou arcade), comme était fait dans les représentations assomptionistes de l’époque.

Le deuxième temple était plus grand et sa construction est finie en 1556, mais il s’effondre à cause des fortes pluies en 1672. On conserve une description de Cristóbal Sanz de 1621: “Le temple où est faite cette Fête, dans la grande église, a été fait à cet effet, car il est très grande, d’un nef, et si haut qu’il provoque frayeur et étonnement parmi les étrangers. Il semble que Notre Dame le soutient, pour que sa mort et assomption aux ciels soit célébré là. Il n’y a pas au monde chrétien une construction comme cette église, qui a été finie, d’après ce que l’on voit dans ses bâtiments, l’an 1556”.

La construction du temple actuel a commencé en 1672 sous les ordres de Francesc Verde, succéde au poste de maître d’ouvrage par Pere Quintana et Ferrán Fouquet, et après 1758, l’architecte Cadres Évangile a continué la construction, avec des contributions substantielles. Les oeuvres finissent définitivement en 1784.

Son plan est en croix latine avec un grand nef et quatre chapelles de chaque côté avec des contreforts percés. Sur la croisière se lève un grand dôme, qui fait partie du plateau du Mystère d’Elche, couvert à l’extérieur par de tuiles bleues.

Il est possible de remarquer les divers styles, des la première tentative de surmonter le style sobre jusqu’au néoclassique pur, et le style italien du baroque décoratif de la façade de l’Assomption, l’une des plus belles du baroque valencien. Cette façade, ainsi que le portail de San Agatángelo, sont des oeuvres du sculpteur de Strasbourg, Nicolás de Bussi (1680-1682).